L’un des principaux leaders de l’opposition, M. Moïse Jean Charles, met en garde contre un soulèvement populaire si la cherté de la vie perdure. Il prévient que la mobilisation populaire sera plus virulente que lors de la chute de Jean Claude Duvalier le 7 fevrier 1986.